Mexico: jour 10 (Palenque – San Cristobal)

Et hop, me revoilà ! Pour un jour plein d’aventures, en plus. C’est parti !

Levée bien tôt, quelques enchiladas en guise de petit déjeuner, et me voilà à attendre mon pick-up. Oui, aujourd’hui, j’ai aussi choisi l’option facile, avec transport. Avec Bamba Aventures, j’ai pris un « tour » (seulement les transports) qui m’amène d’abord aux ruines de Palenque, à la chute d’eau de Misol-Ha, aux cascades de Agua Azul puis me transporte en mini-van jusque San Cristobal de Las Casas, ma prochaine étape. Rien que l’idée de faire ça en transport en commun dans une zone pas vraiment safe comme le Chiapas (vous savez, le sous-commandant Marcos, les Zapatistes, tout ça…). Bref, j’ai pris l’option tour pour ne pas me prendre la tête. En théorie.

IMG_0437Tout commence très bien, le pick-up (qui ne parle qu’espagnol, étrange) est à l’heure, je monte dans le van, bien remplit, de gens qui ont des itinéraires bien différents (seulement quatre vont vers San Cristobal, les autres ont un retour sur Palenque ou un transfert dans la matinée dans un hotel près des ruines…). Le bazar ? Bah, rien de grave, ça doit être logique. On arrive en haut des ruines, le conducteur nous indique qu’on a rendez-vous à midi en bas du site. 4h Pour la visite ? Mais à quelle heure on sera à San Cristobal ? A mon avis, pas à 19h, comme prévu. On verra. Et c’est parti pour la meilleure visite de mon séjour. Palenque est juste hallucinant. En plein milieu de la jungle IMG_0465avec tout ce que ça implique de liane et d’arbres qui poussent partout, une très grande superficie, beaucoup de vestiges et, en plus, on peut monter sur tous les bâtiments ! Je ne me gêne pas, autant vous le dire. En haut, en bas, en haut, en bas et ça pendant les 4 heures de la visite. Le pied. Les explications sont très bonnes, c’est appréciable. il y a même une rivière et des cascades
. Vraiment magique. En plus il n’y a pas grand monde à cette heure matinale, et j’ai le temps d’explorer les vestiges les plus reculés. J’adore.

Il est midi, voilà le van et c’est parti pour le van. Qui s’arrête 1 km plus loin au milieu de nulle part. Et on attend. Longtemps. Encore et encore, sans explications. Ou peut-être y en a-t-il, mais alors en espagnol seulement, ça n’aide pas. Au bout d’une heure, il commence à faire faim et voilà deux retardataires qui se joignent à nous, sans rien dire, sans excuses, rien, et on part enfin vers Misol-Ha à une demi-heure de route de Palenque. La chute est impressionnante, il y a du monde IMG_0480mais c’est sympa à voir, même si le ciel est gris. Les 45 minutes sur place sont suffisantes, un peu plus de temps et je me serai baignée. C’est marrant, personne ne parle de lunch, ils sont bioniques ces gens ? J’achète quelques trucs au magasin du coin, je sens l’entourloupe.

On repart, cette fois-ci vers les chutes de Agua Azul. On arrive vers 15h, et le chauffeur nous indique qu’on a deux heures sur place. Cette fois-ci c’est sûr, il y a un problème niveau timing. Je ne peux rien faire, alors autant profiter des eaux turquoises. En théorie, encore une fois… Le soleil se cache, l’eau est claire mais plutôt marron qu’autre chose. Rien d’exceptionnel. Je me souviens des photos sur mes recherches pré-vacances… La balade est belle, encore une fois étrangement il n’y a personne mais je n’ose pas me baigner. Ce n’est qu’en redescendant que je croise un groupe de trois françaises (il n’y a que des français dans le Chiapas, je le dis) qui se baignent et réussissent à me motiver. Contente de l’avoir fait !

Retour au van, et je comprends enfin le schmilblick… Le van ne va pas àIMG_0485 San Cristobal. Tout simplement. Il rentre sur Palenque avec les autres voyageurs. Et nous dépose à un moment sur la route (on fait une demi heure de route vers Palenque, autant de temps de perdu), pour qu’on attrape un bus de seconde classe qui va à San Cristobal. Je suis furieuse, autant vous le dire. Je n’ai pas vraiment payé pour ça… Il est 18h, il fait nuit, j’étais tellement furieuse que je n’ai même pas pensé à récupérer un pantalon et ma polaire dans mon sac qui part en soute… Je n’ai que ma serviette (mouillée) pour me tenir chaud. Pourquoi je me suis baignée, déjà ? Bref… Le bus se traîne un maximum, dans le Chiapas les routes sont truffées de dos d’âne de la mort, le bus est en mode start and stop tout les deux cent mètres, c’est vraiment pénible… On arrive à San Cristobal, et là c’est la cerise sur le gâteau. J’ai à peine déjeuné, je n’ai pas diné et je pense qu’il fait à peu près 5°C dehors, après tout on est a plus de 2000 m d’altitude en « automne ». Je n’en peux plus, je suis frigorifiée, je ne me pose même pas la question, c’est taxi.

J’arrive à l’hôtel Posada El Zaguan, excellent accueil et bientôt j’aperçois le rêve… Un lit immense couvert de couvertures si épaisses qu’on dirait un nid. Je crois qu’il m’a fallu moins de 10 mins pour trouver mon pyjama et me glisser dedans. bonheur.

A bientôt pour la suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s